Chroniques, Le 17

Le 17 : les choses courent

Les choses courent, et je me précipite.

Septembre, déjà, et désormais octobre, m’ont asséné de leurs obligations à un rythme soutenu. Je me suis efforcé, ces dernières semaines, d’en suivre la trame établie avec une sérénité éprouvée, agité par un surcroît de fatigue derrière les yeux. Dans ces moments de grande vitesse, où l’ont se sent plaqué contre son siège, les mains cramponnant fermement le volant, conduire se résume parfois au glissement d’un cerf-volant dans le ciel : être ballotté au rythme des vents.

Chroniques, Le 17

Le 17 : c’est la reprise

Les vacances sont échues. Avec elles s’effilochent les dernières brumes de mystère. Le Rivage des Syrtes, une œuvre fascinante que je m’attache à terminer, sera bientôt lu. Tandis que SMT IV, qui en se découvrant s’est rendu plus manifeste, patiente dans un coin de la pièce. Déjà saisi par la réalité des quotidiens pragmatiques, mon attention se tourne de nouveau vers un concours qui se rapproche, un travail qui n’a aucun sens, les maladies de crèche, et les listes de tâches diverses. Je laisse glisser, autant que faire se peut, ou plutôt je me laisse glisser, dans un je-m’en-fichisme léger, à l’abri des légers rudoiements mais prêt à rebondir, l’esprit dirigé vers un petit bout de choux, un petit bout de texte, un petit bout de jeu, et trois notes de piano.