Chroniques, Le 17

Le 17 : je vous dis coin

Un canard armé entre dans la pièce et somme les monstres qui s’y trouvent de s’immobiliser. Aucun n’obtempère. Un combat s’ensuit.


Des congés, ça devrait, en théorie, être l’occasion de se plonger dans des jeux longs et expansifs. Le genre d’aventure qui imprègne l’esprit et dispense, au long des journées, un imaginaire bienvenu. Mais cette fois, pour différentes raisons, les jeux d’aventure ne se sont pas invités à la fête.


A force d’abattre les âmes et d’esquiver sereinement les projectiles, Canard s’arme. Il grimpe les étages, affronte un boss, et puis un autre. Il les détrousse à son profit. Cette fois, c’est la bonne, pense-t-il. Il est armé, et prêt à en finir. Merlebleu s’en amuse.


La fatigue qui s’est accumulé, en partie due aux nombreuses heures investies dans la transformation de notre piano droit (plus d’infos bientôt), a donné libre place aux jeux courts et répétitifs, plus à leur aise dans les esprits fatigués. On y compte Slay the Spire, joué il y a déjà deux ans, et qui est revenu sur le devant de la scène. Une fausse fin. Une vraie fin ratée. Beaucoup d’échecs. Résultat : mitigé.


Un nouveau boss. Le dernier, peut-être ? Canard esquive l’infame, qui saute et balance des projectiles. A la première occasion, il active son accélérateur de tir. Son arme, devenue folle, mitraille ce pauvre méchant. Une fois. Deux fois. Et puis… ça y est ? Est-ce fini, bien fini ?


Pour changer, je lançais Blazing Beaks. Le style plus « léger », mais non moins punitif, des beaks, s’étant avéré suffisamment sympathique pour ne pas me voir complètement défaillir. Puis, celui-là, au moins, je l’ai fini, vraiment fini. Une fois. J’en reste coin. En vrai ? C’était avec Merlebleu

Ces deux jeux furent plaisants. Ceci étant, jouer à deux roguelike punitifs en même temps, voire l’un après l’autre, c’est un peu comme se frapper les deux tibias avec une barre métallique. Donc si c’était à refaire, je dirais que j’y réfléchirais.

Maintenant, un jeu de rôle, moussaillon !

Crédits musique : Blazing Beaks – Birds with Guns (Ivo Sissolak)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.