Peu de choses, cette semaine, sinon l’aboutissement de Life is Strange, ainsi que des têtes connues. Ce qui me fait considérer ce que je pourrais alternativement raconter, des jours de pénurie comme celui-ci. Parler de jeux complétés il y a un peu plus longtemps ? Parler de jeux que je compte faire, alors même que j’avais annoncé que je ne le ferais jamais il y a deux semaines de cela ? Je l’ignore encore, mais je farfouille les idées. (J’accepte aussi les vôtres.)

A la vérité, jouer, c’est parfois cela. C’est jouer à la même chose, parfois pendant des semaines. A des jeux qui deviennent des parts de notre quotidien, et laissent un vide en partant. C’est tourner en rond et se répéter. Après tout le chapitre 7 n’est probablement pas si différent du chapitre 4 (wink wink). Ce qui nous amène parfois à, étrangement, jouer sans forcément s’amuser. Pourquoi, alors, continuer ? Pourquoi insister à finir des jeux qui n’extasient plus depuis des dizaines d’heures au moins ? Vaste question. Mais je soupçonne que cela a quelque chose à voir avec la nature des jeux vidéo, répétitifs et inconstants, et que la raison pour laquelle on reste au volant tient autant d’un besoin de satisfaction personnelle que de l’envie d’en tirer le plus possible. Aller jusqu’au bout du voyage peut par là-même devenir un rien obsédant.

Ah. Mais je me perds. Revenons-en aux jeux. En ce moment je regarde ce qui se propose côté PS3. Gust, Idea Factory, NISA. Pas mal de « petits » RPG possiblement séduisants, qui de plus en plus souvent sortent sur PC. Je n’ai pas fait un Disgaea depuis des années d’ailleurs – la sortie du 5 m’y a fait penser. J’en avais même oublié posséder le 2 (sur PS2). Au passage si vous n’avez pas déjà Nier, sur PS3 : il est trop tard pour l’avoir en boite ; sur Xbox 360 : vous avez encore vos chances. Le sagouin est monté en côte. J’ignore si de la génération Xbox 360/PS3/Wii beaucoup de jeux vont garder de leur valeur, mais j’en doute. Sur portable possiblement davantage, certains jeux PSP et DS faiblement distribués étant déjà difficiles à trouver.

Bon. Ce n’est pas passionnant, je sais. On aura qu’à y voir un de ces allers-retours dans une ville très mal conçue, en attendant le donjon. Si ça aide, pour cette fois seulement, je concède : je jouerai prochainement à Shadow of Mordor. N’y prenez pas goût.