Chroniques, Le 17

Le 17 : des démos en fanfare

Le Next Fest d’octobre 2022 ayant eu lieu sur Steam, j’en ai profité pour télécharger quelques démos (cinquante-six). Arrivé à la moitié d’entre elles, et pour celles qui n’ont pas encore disparu, je note en ce 17 du mois celles qui m’ont paru d’intérêt.

En matière de roguelike, avec possibilité de coopération, Bravery and Greed (développé par Rekka Games) s’annonce engageant. Les systèmes de classe, d’équipement, de sorts et de mouvements laissent entrevoir de fines personnalisations. Lesquelles s’expriment dans des combats abruptes mais réfléchis, qui font appel à des réflexes qui ne sont pas encore là. Infléchi dans un style metroidvania, avec sa carte progressive et ses allers et retours par portail, le jeu promet de belles sessions d’errance et d’aventure, pour les uns. Et d’affrontements en ligne, pour les autres.

Bravery and Greed

Gunbrella (développé par Doinksoft), jeu d’action aventure à progression en 2D, détone au fusil dans des tons marrons finement pixellisés. L’avancée est compréhensible, mais les coeurs disparaissent aisément. Ce qui demande un peu de doigté et de patience lors des affrontements, au risque de rapidement perdre son chapeau. Le style, et l’aventure, sont en tout cas très prometteurs.

Gunbrella

Inkulinati propose, dans un style rapidement évocateur de Rock of Ages, une épopée médiévale qui voit le joueur affronter en duel divers manants. Très second degré, le titre propose de se battre sur le papier en convoquant des animaux armés d’arc, d’épée, de lances, et de les placer sur une ligne. L’encre est, de circonstance, précieuse ; ainsi que le sont les abus de pouvoir (écrasement du doigts !). Un jeu qui laisse deviner force d’humour.

Inkulinati

The Knight Witch (développé par Super Awesome Hyper Dimensional Mega Team) propose une aventure en 2D, sans doute proche d’un Ori and the Blind Forest. La démo est très plaisante, et fait montre d’une direction artistique colorée, accompagnée de sonorités blues qui ne sont pas sans me rappeler Transistor. Le prétexte scénaristique paraît moins recherché. Mais l’invitation à l’aventure est là.

The Knight Witch

Petit instant jeu de carte, avec Wildfrost (développé par Deadpan Games). Dans un registre construction de deck et aventure, le jeu voit l’aventure se dérouler au rythme d’étapes glaciales, qui alternent découvertes et affrontements. Les dessins, ronds et plutôt mignons, tranchent avec les gerbes de sang et la sauvagerie des claques dans le nez. La proposition est en tout cas intéressante.

Wildfrost

ILLWILL (développé par Slava Bushuev) fait simple, avec un jeu de tir à la première personne qui ne s’embarasse pas du moindre mot. La jouabilité est immédiate, et d’une grande clarté. Les ennemis sont agressifs, et nombreux. Les armes transpercent, explosent et détruisent. La vie se ramasse au rythme des coeurs humains. Aucune question ne vient parasiter ce phénomène tranquille : il n’y a guère qu’à y jouer.

ILLWILL

La démo de JETT the Far Shore (développé par Superbrothers et Pine Scented Software) fut un délice. Je m’y suis volontiers laissé guider. Contraint, par moment, de suivre le fil scénaristique. Content, par d’autres, de sautiller dans mon vaisseau, et de goûter à une liberté nouvelle. La proposition fascine, dans une esthétique monochrome étudiée, traçant musicalement un début qui ressemble à une fin. Le ton est mélancolique, fataliste, et aspire à de meilleurs lendemains. JETT the Far Shore, en tout cas, en augure de très bons. (Ça tombe bien : le jeu est déjà disponible sur Epic Games. L’extension, elle, sortira en 2023.)

JETT : the Far Shore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.